Translate

vendredi 1 mars 2019

la semaine du sport au féminin

Dans le cadre de la journée du droit des femmes, la mairie de Sotteville-lès-Rouen organise la semaine du sport au féminin. A cette occasion, un vaste choix d'activité aura lieu durant ces dix jours et des portrait seront diffuser via le profil facebook de "Ville de Sotteville-lès-Rouen". Le premier portrait concerne notre instructrice. Pour le découvrir, c'est ici!


Le Club d'Arts-martiaux Traditionnels Sottevillais participe à cette manifestation avec deux ateliers découvertes (gratuit):
   - Self-défense le 02/03 de 15h00 à 17h00;
   - Escrime japonaise (Iaïdo et Kenjutsu) le 09/03 de 15h00 à 17h00.
Ces deux ateliers se tiendront au gymnase municipal de Sotteville-lès-Rouen, rue Gaston Contremoulins.
Du matériel pourra vous être prêté sur place.
Venez nombreuse!

Texte: Arnaud Cei Saurel
Image: Mairie de Sotteville-lès-Rouen

Un stage de sabre intense

Les 26 et 27 janvier dernier (je sais, c'était il y a longtemps...), des membres du Club d'Arts-martiaux Traditionnels Sottevillais (CATS) ont participé au traditionnel stage de début d'année à Metz. Ce dernier s'est déroulé le regard, ô combien aiguisé de Senseï Barnavol.
Traditionnelle photo de groupe
Outre l'occasion de retrouver des amis, ce fut une belle remise en cause de nos savoirs. Il est de coutume de dire qu'un stage correspond à deux mois de travail en dojo. Mais c'est souvent à l'occasion de stage que des corrections faites par les hauts gradés déclenchent une avalanche de compréhension, permettant ainsi au pratiquant de passer un cap! Ce fut le cas ici et les membres du clubs sont repartis avec nombres d'heures d'études pour bien assimiler ce qu'ils ont compris durant ce stage.

La famille des instructeurs et assistants
Texte: Arnaud Cei Saurel
Photos: Aïki-club de Metz

dimanche 20 janvier 2019

Kagami Biraki

Comme tous les ans, le club a fêté le Kagami Biraki, une sorte de nouvel an japonais mais d'un point de vu martial! En effet, le Kagami biraki est une tradition née il y a plus de 300 ans lorsque le shogun (littéralement généralissime. Le chef militaire ayant supplanté l'empereur devenant le maître du Japon médiéval de facto) Tokugawa ouvrit un tonneau de saké pour partager avec ses daymo (seigneurs nobles. Équivalent de comtes en France) avant la première bataille de l'année. Ayant été victorieux, cette tradition se perpétua. Pour les école d'arts-martiaux, cela a été transposé au premier cours de l'année.
Ainsi, notre club a fêté les premiers cours d'arts martiaux et de self-défense avec un verre saké à la fin.
Notre ligue l'a fait aussi, à sa manière, avec un stage organisé sur une journée. Les disciplines annexes de notre école y ont été mises à l'honneur avec du Ju-kempo (boxe chinoise, ancêtre du karaté-do), du kenjutsu (escrime japonaise avec des sabre en bois: bokken) et du jodo (bâton moyen, équivalent du bâton de marche) et quelques technique d'aïkijujutsu (défense à main, ancêtre de l'aïkido moderne) pour faire bonne mesure.
Bref, un début d'année sous le signe de l'étude martiale.



Texte: Arnaud Cei Saurel
Photo: Renaud Seguin

dimanche 13 janvier 2019

La self-defense

Dans beaucoup de littératures et magazines, on nous présente la self-défense comme étant la réponse à la codification extrême des arts-martiaux (à la rigidité ou à la sclérose pour les plus virulents). Il s'agirait d'un entrainement plus réaliste afin de faire face aux agressions.

Dans un sens, c'est vrai! La self-défense est une approche pragmatique. C'est un ensemble de techniques issues des arts-martiaux (Hé oui 😄) mis en pratique dans un environnement expurgé des attributs traditionnels des arts-martiaux (kimono, dojo avec tatamis, etc...).

Donc qu'est-ce que la self-défense?
Le but de cette dernière est de transmettre un certain nombre de techniques afin qu'un agressé ait une chance de pouvoir s'en sortir. Ce sont des techniques développées par les arts-martiaux (orientaux ou non) sans l'éducation et les concepts qui vont derrières. C'est une formation militaire ancienne mise au goût du jour.

Ne nous trompons donc pas, la self-défense est une formation pratique visant à connaître un certains nombre (limité) de techniques afin de faire face à un ou plusieurs individus en cas d'agression.

Pourquoi donc opposer les arts-martiaux à la self-défense?
Je pencherais pour une raison marketing.  En effet, pendant longtemps, si on voulais apprendre à se défendre, la réponse était les arts-martiaux. Or, ces derniers ont muté soit vers une tendance sportive, soit vers une tendance plus philosophique. Les arts-martiaux plus classiques ont peu à peu disparu du devant de la scène. La self-défense est donc venu combler ce vide tout en modernisant, au passage, le message publicitaire et la façon de présenter le produit avec le succès que l'on connait aujourd'hui!

Alors, que sont les arts-martiaux?

Arnaud Cei Saurel

jeudi 3 janvier 2019

Bonne année

Après une fin d'année riche en émotions avec:
   -la mise à l'honneur de notre instructrice par la mairie de Sotteville-lès-Rouen lors de la soirée de sportifs pour ses grades obtenus en sabre (iaïdo) et défense à mains nues (aïkijujutsu: ancêtre de l'akido);
   -le dernier stage de l'année animé par Maître Maroteaux à Chartres où les fondamentaux de la posture droite ont été revus quelque soit l'art pratiqué;
   -les tests de fin d'année en self-défense et en iaïdo;
   -les verres de l'amitié de fin d'année;
le Club d'Arts-martiaux Traditionnels Sottevillais souhaite à tous les lecteurs de ce blog une bonne et heureuse année 2019 ainsi qu'à vos familles!

Arnaud Cei Saurel

dimanche 25 novembre 2018

Satge de ligue à domicile


Pour la première fois de sa jeune histoire, le Club d'Arts-martiaux Traditionnels Sottevillais a accueilli le stage de ligue régional Îles-de-France en arts-martiaux traditionnels japonais Takeda-ryu Maroto-ha.
Salut avant de commencer le cours
Au programme du stage nos deux disciplines principales que sont l'aiki-jujutsu (ancêtre de l'akido ou défense à mains nues) et le iaïdo (arts de trancher en dégainant soit l'art du sabre par excellence).
Une révision technique très poussée et adaptée à chaque niveau attendait les pratiquant de sabre. Quant aux pratiquant d'aïki-jujutsu, des techniques de haut vol essentiellement basée sur la torsion des poignets.









































Le tout s'est passé dans une ambiance studieuse... Merci à ceux qui ont eu le courage de faire le voyage!

Mais sans oublier la convivialité! Une opération, donc qui sera certainement reproduite!

Texte: Arnaud Cei Saurel
Photo: Thierry

samedi 10 novembre 2018

Les arts martiaux vs la self-défense- introduction

Le club a ouvert cette année un atelier self-défense. Nous avons donc été amené à réfléchir sur la différence voire l'opposition qu'il pouvait y avoir entre arts-martiaux et self-défense.

Nous allons, sur ce blog, commencer une série d'article sur les arts-martiaux et les méthodes de self-défense que souvent nous opposons. Cette réflexion étant un peu longue, nous allons la découper en articles qui paraitront tous les trimestres. Bonne lecture!

Introduction:
   Les arts-martiaux sont dangereux pour la santé! Titrait un quotidien relatant la mésaventure d'un Karatéka qui, s'étant fait agressé, eu l'idée saugrenue de se défendre avec ce qu'il avait appris... Les arts-martiaux seraient-ils incapables de nous apprendre à nous défendre?
   Il faut d'abord bien comprendre de quoi on parle. En FRANCE, sous le vocable arts-martiaux, nous regroupons l'aïkido, le iaïdo, le judo, le karaté, le kendo, le kung-fu ou wushu, le viet vo dao pour ne parler que de quelques uns des plus connus. Or toutes ces pratiques sont très différentes voire même la façon dont les pratiquent en font des activités très différentes. Nous avons en effet soit des sports de combats, soit des arts-martiaux. Quel peut-être la différence? En posant cette question, vous pourrez avoir des heures de débats passionnés par les adeptes de l'un ou de l'autre! Ici, nous allons prendre le parti de faire une différence sur un aspect pratique. Les sports de combats sont des sports dans le sens moderne du terme, c'est-à-dire qu'ils font appel à des qualités physiques (endurance, force, agilité, etc..) et institutionnalisés donc avec des règles établies en vu de compétitions et sous la tutelle (en FRANCE) de fédérations liées au ministre des sports. Pour les arts-martiaux, nous retiendrons que ce sont des écoles qui transmettent un savoir portant principalement sur des techniques de combat tout en incluant une dimension spirituelle et des connaissances autres (telles que philosophie, médecine, culture, etc...) en vu du développement global de l'individu.

Revenons donc à nos moutons. Les arts-martiaux sont-ils moins efficaces, dépassés, inadaptés à la vie moderne? Que peut nous apporter la self-défense que nous apporterait pas les arts-martiaux? Ou inversement?

Arnaud Cie Saurel